Joues-tu le jeu des autres ?

Tu as le droit de mentir, ils te l’ont fait des milliers de fois, pendant des vies entières, de tant de façons différentes.

Tu peux maintenant te laisser aller à une incarnation occupée par des questions qui ne te concernent pas, en faisant semblant tous les jours, avec un masque sur le visage. Et tu aurais raison : ils t’avaient parlé de compréhension, de respect, d’amour et de liberté… combien d’hypocrisie tu as trouvé dans la rue. Maintenant, tu peux aussi mentir, jouer comme eux.

Mais à chaque fois, le mensonge construit un mur. Elle est invisible, mais ton cœur la ressent clairement. Une barrière qui repousse les autres, qui te repousse de la lumière de la Vérité. Chaque fois que tu n’es pas honnête sur qui tu es, sur ce que tu fais, sur tes talents et tes désirs, avec un compagnon de route, quel qu’il soit, tu te dis : « Je ne le considère pas digne de la vérité. Je ne lui fais pas confiance, il ne comprendrait pas. » Et plus tu penses à cela, plus le mur qui tient tout le monde à l’écart est grand.

Mentir tout le temps signifie ne pas avoir d’espoir que les choses changent un jour. Cela signifie ne pas donner au monde une chance de t’apporter enfin une compagnie qui soit cohérente avec toi, qui t’accepte comme tu es vraiment.

Tu as le droit de te cacher, qui peut te dire le contraire ? Demande-toi simplement si c’est ainsi que tu mérites de vivre cette vie : jouer le jeu des autres, comme un étranger de passage, en attendant de rentrer chez toi.

Une étreinte sincère

David Simurgh
David Simurgh
Articles: 186

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *