Écoles Eish Shaok

Gênes

Gênes / Italie

Leçons : tous les mardis

Ceriale

Ceriale / Italie

Leçons : tous les jeudis

Milan

Milan / Italie

Leçons : tous les lundis

Vicence

Vicence / Italie

Leçons : cours bimensuels

Bologne

Bologne / Italie

Leçons : tous les mardis

Rome

Rome / Italie

Leçons : cours bimensuels

Livourne

Livourne / Italie

Leçons : cours bimensuels

Bremen

Bremen / Allemagne

Leçons : séminaire mensuel

Bruxelles

Bruxelles / Belgique

Leçons : séminaire mensuel

La graine d’une incarnation

Chacun de nous porte en lui une graine, sans laquelle le monde serait moins riche, et avec laquelle ce jardin peut devenir un paradis luxuriant.

Thomas Sankara a trouvé sa graine à l’âge de 35 ans lorsqu’il est devenu président de la République de Haute-Volta, qu’il a rebaptisée Burkina Faso : la terre des hommes intègres. En seulement quatre ans, il a transformé l’un des pays les plus pauvres du monde en un exemple d’espoir et de renaissance.

Il a fait creuser 1 000 puits, construit 334 écoles, 284 maternités, 78 pharmacies, 25 magasins d’alimentation, 3 000 nouvelles maisons et planté des millions d’arbres. Il a amélioré les conditions de santé de la population, aboli la prostitution, créé des associations pour soutenir les femmes et les personnes âgées. Il a refusé de payer la dette coloniale. Il a construit des terrains de sport dans presque tous les 7 000 villages du Burkina Faso.

En raison de toutes ces qualités, Sankara a toujours été soutenu par son peuple et a gagné le respect de l’ensemble du continent africain. Néanmoins, il était toujours contre le culte de la personnalité et se considérait comme un président “de transition”, comme il se définissait lui-même. Au moment de sa mort, les seules possessions qu’il avait étaient un petit compte en banque avec environ 150 dollars, sa guitare bien-aimée et la maison où il a grandi.

À ma connaissance, tous les politiciens devraient être comme Sankara, plus conscients, plus compatissants, et devraient connaître le goût de l’amour. Ils devraient connaître la passion pour l’existence, la beauté de cette planète et ses dons. Et ils devraient apprendre à être humbles et reconnaissants. Car notre humanité, notre peuple, n’ont besoin que d’une chose : un individu conscient, avec des oreilles qui écoutent, des bras qui accueillent et des yeux qui admirent avec émerveillement.

Chaque leader, chaque politicien devrait être appelé à participer à une école de contemplation. Tous ceux qui dirigent l’humanité, à moins qu’ils ne désirent le paradis, devraient démissionner immédiatement. Que peuvent faire ceux qui ne se connaissent pas, qui ne trouvent pas leur propre graine ? S’ils ne sont pas prêts à nourrir la terre, ils ne sont pas prêts à façonner son destin.

« Il est possible que, en raison des intérêts que je menace, en raison de ce que certains cercles appellent mon mauvais exemple, avec l’aide d’autres dirigeants prêts à vendre la révolution, je pourrais être tué à tout moment. Mais les graines que nous avons semées au Burkina et dans le monde sont là. Personne ne pourra jamais les arracher. Elles germeront et porteront des fruits. Si on me tue, des milliers de nouveaux Sankara viendront ! »

Thomas a quitté son corps il y a 36 ans le 15 octobre, suite à son assassinat par son « ami » Compaorè, sur ordre des puissances coloniales. Surtout cette année, il est important de se souvenir de son exemple.

Son espoir fleurit, la graine de son incarnation est dans la terre. Et la tienne ?

Une étreinte révolutionnaire

David Simurgh
David Simurgh

Responsable européen de l'Association internationale "Eish Shaok". Il se consacre à diffuser les principes de l'éveil spirituel à travers ses activités en tant que maître, conférencier et écrivain. À ce jour, il est l'auteur des trois premiers livres sur le chemin Eish Shaok : "Je vous parlerai d'eux I - Au Commencement", "Je vous parlerai d'eux II - Dans la Demeure Céleste" et "Au-delà de vous-même". Vous pouvez commander les livres ici : ilgiardinodeilibri.it.

Articles: 337

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *